Sans titre‎ > ‎

Des nouvelles des moutons

publié le 18 nov. 2019 à 07:53 par La Ferme du Bois du Treuil   [ mis à jour : 18 nov. 2019 à 07:55 ]


 

On vous donne rendez-vous:

 

         Jeudi 21 novembre à 20h30 : Ciné-débat au cinéma de Saint Hilaire La palud autour de l'agriculture de conservation. La préservation du sol est un sujet qui nous tient à cœur et nous ne manquerons pas ce rendez-vous.

         Samedi 7 décembre nous organisons un chantier collectif plantation de haies sur la ferme, pour s'inscrire c'est ici :                                            

https://framadate.org/JmZwnW3LQHQy8Oeu

 

Mais où sont passés les moutons ?

 

Parce que vous êtes nombreux à nous le demander, voici les dernières nouvelles du projet des moutons dans nos prés. 

Nous terminons le dimensionnement du projet ovin. Julien a commencé à semer les premières prairies. Environ 25 hectares de prairies accueilleront 150 brebis solognotes dès août 2020. Les agnelages se dérouleront en mars 2021 et les premières ventes d'agneaux en juillet. 

Nous choisissons d'élever nos animaux exclusivement en plein air, sans bergerie. L'idée est de respecter les besoins naturels de cet animal et simplifier les investissements et notre travail.

Cathy, qui travaille sur le projet depuis bientôt un an, intégrera la ferme dès janvier 2020. Aujourd'hui, son travail consiste à dimensionner le projet économiquement, socialement et matériellement, mettre en place les partenariats nécessaires, et de suivre un maximum de formations  afin de sélectionner et mettre en place sa conduite d'élevage.  Même si nos solognotes ne sont pas encore arrivées, elle s'entraîne auprès de ses 4 brebis Landes de Bretagnes- Black face !

Un petit mot sur la race de nos futures brebis nous semble important. Cette race, comme beaucoup de races anciennes a presque disparu au profit de races mieux conformées (pour la vente en circuit long). Aujourd'hui, grâce à L'OSGEODE qui a mis en place un protocole de préservation, nous comptons 6000 individus recensés sur le territoire national. Nous souhaitons participer à ce protocole et cette race nous semble pertinente pour notre système par sa rusticité, sa capacité à agneler seule, sa qualité de viande et la possibilité de valorisation de sa laine.

 

Nous ne sommes pas seuls !

 

Nous avons la chance incroyable d'être accompagnés pour ce projet mais aussi pour notre fonctionnement en général et il est important de mettre en lumière le travail des nombreuses structures qui accompagnent aujourd'hui les paysan(ne)s en leur apportant des espaces d'échange de savoir-faire entre producteurs (trices), des banques d'informations, des appuis moraux et techniques.

CIVAM, GAB, AFIPAR, Confédération Paysanne, Solidarité Paysanne...pour n'en citer que quelques-uns nous permettent de nous rendre plus autonomes dans notre travail, dynamisent les territoires ruraux, facilitent les échanges entre habitants et paysan(s). 

Vous aussi avez tout à fait votre place au sein de ces structures, vous êtes acteurs des territoires ruraux. Sachez, par exemple, qu'une fois par mois, le CIVAM Marais Mouillé organise un café citoyen organisé par des ruraux, non paysan(nes). L'agriculture et nos territoires sont l'affaire de tous, la terre reste notre bien commun à tous.

 

 

 

Comments